Conférence publique le 13 avril 2019 16 heures entrée libre et gratuite : Epreuves de migrants

 

Épreuves de migrants – Conférence publique le 13 avril 2019 ,16 heures

Salle Clarisse Brian-Reclus, rue Jean-Louis Faure à Sainte Foy la Grande

En quoi la question des migrants intéresse-t-elle les Francs-maçons ?

Ce qui serait étonnant c’est qu’ils s’en désintéressent. L’humanisme est au cœur du concept de Franc-Maçonnerie et au cœur de l’action, dans la cité, de tout franc-maçon du Grand Orient de France attaché au respect de la dignité humaine :

  • Reconnaître à tout être humain les mêmes droits fondamentaux qu’à soi-même, santé, logement, nourriture, …
  • Penser que l’avenir des hommes dépend en premier lieu de l’action des hommes.

Nous travaillons sur ce qui nous rassemble et non sur ce qui nous distingue ; plutôt que sur notre désir de vie que sur nos différences de couleur, de religion, de culture.

L’institution du Grand -Orient le rappelle au travers d’un manifeste qu’elle a récemment publié sous le titre « Les mineurs isolés étrangers sont avant tout des enfants » et qui invite les pouvoirs publics à mettre en œuvre les obligations morales de la France vis-à-vis de ces enfants.

« Je suis homme, et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » disait le poète latin Térence 2 siècles avant notre ère, Térence d’abord esclave, d’origine berbère, autant dire arabe selon notre réflexe à catégoriser. Cette sentence aide chacun à se reconnaître dans ce que nous avons de commun avec l’autre, bien et moins bien, bon autant que moins bons.

Les joies autant que le vécu d’une souffrance physique ou psychique sont choses communes à tout individu de notre espèce humaine.

On conçoit sans jamais les imaginer les souffrances qu’ont endurées les migrants pour arriver jusque chez nous. Alors, avant toute autre chose, nous avons un devoir de les accompagner afin qu’ils puissent précisément exercer ce désir de vivre. Et sur ce point, ils ont beaucoup à nous apprendre

C’est la tâche à laquelle s’attelle au quotidien le docteure Claire Mestre dans sa pratique de psychiatre et anthropologue, quand elle anime le cursus de médecines et soins interculturels à l’académie de médecine de Bordeaux. Et non contente de cette pratique au plus près des corps et des cœurs elle assume la fonction de présidente de l’association « Ethnotopies ». Ce projet associatif fait des liens entre clinique et politique, clinique et société, clinique et culture.

Ainsi, avec cette entrée « clinique », cette conférence visera à faire des liens entre politique, société et culture et ressentir encore plus vivement en quoi la vie d’un et des migrants ne peut pas être tenu à l’écart de la pensée de noter propre vie présente.

Les organisateurs de la conférence

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *