171216_Affiche_Conf_Laicite_Concorde

Dans ce cadre habituel de l’anniversaire de la Loi dite de séparation des églises et de l’état du 9 décembre 1905 qui sanctuarise le principe de laïcité dans notre espace politique, nous organisons cette conférence publique et gratuite.

Date et lieu : 16 décembre prochain à 16 heures en la salle municipale Clarisse Brian Reclus de Sainte Foy la Grande.

Son titre : Laïcité, Concorde et Cohésion Nationale.

Descriptif : Les attentats perpétrés depuis 2012 sur le sol français, par une majorité de djihadistes français car nés en France, sont le révélateur des tensions identitaires et des failles qui traversent notre société. A cet égard, le djihad « de proximité », selon l’expression de Gilles Kepel, doit être regardé comme une menace très sérieuse et inédite pour la cohésion nationale. Dans cette conférence, David Djaïz se propose d’analyser précisément cette menace, avant de revisiter les concepts de « laïcité » et de « concorde » qui, conjugués l’un à l’autre, sont les seules armes spirituelles qui permettront de vaincre le péril terroriste et de réaffirmer l’unité de notre nation. La concorde et l’amitié civique doivent être la priorité d’une société qui veut éviter la dislocation.  »
Comme à l’habitude, la conférence se poursuit par un échange avec le conférencier et un moment de partage autour d’un verre.

Le conférencier : « Né à Agen en 1990, ancien élève de l’ENS et de l’ENA, David Djaïz est essayiste et enseignant à Sciences Po. Il a publié « La guerre civile n’aura pas lieu » (éd. du Cerf, 2017). »

Pour aller plus loin, voici la 4ème de couverture de son livre.

Tout a été dit sur les attentats qui frappent la France. Sauf l’essentiel. Nation, État, Europe, islam, monde et,
surtout, religion, politique : tels sont les termes qu’il s’agit de penser et que repense ici David Djaïz en s’emparant du spectre de la guerre civile qui hante la Cité des hommes.
Des origines à aujourd’hui, des conflits intestins dévorant la Grèce antique au djihad global enflammant désormais la planète, en passant par la Saint-Barthélemy, l’ère coloniale et la bataille d’Alger, cette archéologie historique éclaire comme jamais les malentendus du présent. Convoquant Thucydide et Hobbes, Montaigne et Schmitt, Ibn-Khaldûn et Sayyid Qutb, cette enquête philosophique désencombre l’horizon des peurs et des préjugés de l’heure. Dénonçant dérives communautaristes et illusions sécuritaires, cette critique des fausses réponses actuelles restitue le débat à ses vrais enjeux.
À moins de comprendre pourquoi et comment le conflit interne est inhérent au fait de société et en détermine la vie même, nous ne saurons ni résister, ni avancer.
Un premier essai flamboyant qui soumet l’espérance à la lucidité.
Normalien, énarque, enseignant à l’Institut d’études politiques de Paris, David Djaïz, 26 ans, compte d’ores et déjà parmi les jeunes voix intellectuelles de gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *